La Chaufferie Huet

Réhabilitée en salle de spectacles, la Chaufferie Huet est le témoin du passé industriel du Nord et de la Ville de La Madeleine.

Histoire

La famille Huet possède un grand ensemble textile à Halluin. Charles Huet implante une usine de tissage en 1905 à La Madeleine, dans le quartier de Berkem. Différentes activités industrielles y sont établies : Agache, Kuhlmann, Antoine... L’usine Huet est spécialisée dans le tissage des toiles damassées. À l’exception de la production des fils, les ouvriers participent à toutes les opérations qui précèdent la production du textile : apprêt, retordage, bobinage, ourdissage, encollage, tissage et teinture...

Installés entre les rues du Quai et du pré Catelan, l'usine comporte une blanchisserie, une teinturerie et possède ses propres rues et équipements de service. Les Huet font construire de nombreuses maisons ouvrières pour loger les travailleurs à proximité. Ainsi, le petit artisanat, les commerces, les estaminets mais aussi les associations se développent et dynamisent le quartier.

Les établissements Huet confectionnent différents tissus comme la rayonne (soie artificielle), le coutil (toile), le satin damassé... Et ils fabriquent de nombreux articles : draps, parures, serviettes de table, housses, etc.

André Huet prend la direction de l'usine en 1938 après le décès de son père, Charles. Successivement, Jean et Jérôme Huet prennent la tête de l'usine jusqu'à son rachat partiel par Dolfus-Mieg et Compagnie (DMC) en 1969.

Les dirigeants de DMC conservent le nom réputé de l'usine Huet dont ils font l'acquisition totale en 1973. Onze ans plus tard, le groupe Gratry-Lorthiois rachète à son tour l'exploitation, notamment à Halluin où une partie des 370 ouvriers est délocalisée. L'usine madeleinoise cesse son activité en 1988 et reste à l'abandon jusqu'à son rachat par le groupe Holder dans les années 90.

Un supermarché Champion puis un Carrefour s'installe. Progressivement, celui-ci s'agrandit et une partie des terrains est cédée à la Ville pour y créer un parking public et le square du tissage. En 2001, les murs d’enceinte de l'usine sont démolis afin d'élargir la rue du pré Catelan.

Six ans plus tard, l'usine de production et sa toiture en sheds sont détruits afin de permettre l'extension du supermarché. Il ne reste alors que le bâtiment vide de la chaufferie de l’usine qui échappe à la démolition grâce à la mobilisation de l'association Berkem Label.

Un quartier valorisé

Créée 1997, cette dernière organise différentes rencontres et ateliers participatifs autour de la Chaufferie Huet : Façad'Art, Beffrois du travail, concerts, plantations...

 Témoignage vidéo de Jean Beaumadier, Madeleinois qui a travaillé à l'usine Huet de 1951 à 1983 - « Carnet de cheminées » réalisés par les associations Berkem Label et le Non lieu.

Ces associations effectuent un travail de mémoire autour de la friche Huet et sollicite le regard d'artistes pour mettre en avant ce patrimoine par la création artistique : Jean-Pierre Duplan, Tous Azimuts, Thierry Moral, Julien Defait et Pauline Scherer, Andy Kraft, Daniel Lemahieu…

Transformation

Soucieuse de préserver ce patrimoine industriel, la Ville fait l’acquisition du lieu pour le reconvertir en salle de spectacles.

Une commission extra-municipale composée d’habitants, d’élus et de personnes qualifiées est constituée. Un programmiste travaille sur l’adéquation entre le bâtiment existant et les besoins exprimés. Suite à un concours d'architectes, le cabinet T’Kint est missionné pour réhabiliter le bâtiment historique sans le dénaturer et en permettant un aménagement modulable.

Le chantier de la transformation débute en juillet 2018. Le 29 septembre, la première pierre du chantier de réhabilitation du bâtiment est posée. Les éléments extérieurs on été conservés et restaurés, comme les murs de briques qui ont été nettoyées et rejointoyées pour donner à l'ensemble une couleur rouge typique de l'habitat du quartier et du nord. 

La cheminée qui domine une partie du quartier de Berkem a été réhaussée d'une structure métallique qui constitue un parti pris de l'architecte. Visible grâce à son éclairage particulier, elle s'élève tel un totem. À l’intérieur, les piliers en métal ont été démontés, rénovés et reposés pour respecter l’authenticité du lieu... Les techniques modernes ont été utilisées pour assurer une acoustique performante aussi bien pour les artistes, les spectateurs que les riverains.

La Chaufferie Huet constitue le 4ème pilier du Carré Magique Culturel en s’ajoutant au Millénaire (CCA), au Conservatoire de musique (CRC) et la Médiathèque.

 


Texte réalisé grâce aux travaux et aux collections de Christian Janssens, Jean Beaumadier, des services archives et de la culture de la Ville de La Madeleine, des associations Berkem Label et le Non Lieu.